Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada - Treasury Board of Canada Secretariat
Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels




Profils

 Ron St-OngeProfil : Ron St-Onge

Un directeur de projet participe à la réalisation d'un immeuble gouvernemental écologique

Grâce à un immeuble de construction récente et avant-gardiste à Charlottetown (Î.-P.-É.) nous voyons apparaître de nouvelles normes d’innovation et de durabilité écologique dans les bureaux gouvernementaux. Ron St-Onge joue un rôle clé dans le façonnement du prototype de la prochaine génération.

L’immeuble Jean Canfield est le résultat de la collaboration de trois niveaux de gouvernement. Le fédéral voulait remplacer un immeuble ancien, le provincial requérait une plus grande superficie pour aménager un nouveau technocentre et la ville de Charlottetown désirait un autre garage de stationnement.

« L'immeuble en entier repose
sur les principes de la durabilité
écologique et de l'amélioration du
lieu de travail, qui en retour
accroissent la productivité ».

Trois pour le prix d’un

« À Charlottetown, au moment où le gouvernement du Canada concevait le nouvel immeuble, deux autres initiatives distinctes étaient en cours. La première relevait de la province de l’Î.-P.-É. et la seconde, de la ville », précise Ron, directeur de projet à Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC).

« Au début, les trois groupes rivalisaient pour les mêmes parcelles de terrain. Par contre, ils se sont rendu compte qu’au lieu d’être des rivaux, ils devraient collaborer à l’élaboration d’un plan commun », dit-il.

C’est grâce à cette approche que TPSGC a pu lancer l’ambitieux projet.

 Ron St-Onge

Un aménagement écologique

Selon Ron : « L’immeuble en entier repose sur les principes de la durabilité écologique et de l’amélioration du lieu de travail, qui en retour accroissent la productivité. »

De fond en comble, l’Immeuble Jean Canfield ressemble à une exposition scientifique. Il met en évidence un grand nombre de technologies ultramodernes qui réduisent les déchets et les coûts liés à la consommation d’énergie et qui contribuent à rendre l’endroit plus écologique et confortable.

Par exemple, les panneaux solaires installés sur le toit produisent presque 10 p. 100 de la demande énergétique. De plus, le concept d’aire ouverte comprend un atrium où la lumière du jour se fait abondante, un facteur énorme en termes de santé et de bien-être, précise Ron. L’atrium permet aussi à notre système de ventilation de fonctionner sans aide mécanique. »

Partout où on pose le regard, on voit des matériaux recyclés qui ont trouvé une deuxième vie. Même le tapis est recyclable et, en plus, hypoallergique.

 Ron St-Onge

« Du tapis n’émane aucune vapeur, ce qui favorise la santé de tous ceux qui sont sensibles aux adhésifs ainsi qu’aux composés organiques. »

L’efficacité énergétique est rentable

Les économies d’énergie ont été considérables - en fait, meilleures que les pronostics. L’objectif, à l’origine, était que l’immeuble soit à 50 p. 100 plus écoénergétique que la norme. « À vrai dire, nous avons dépassé nos attentes, déclare Ron. Nous sommes près de 60 p. 100 plus écoénergétique que la moyenne des immeubles à bureaux du Canada. De plus, ajoute-t-il, nous sommes extrêmement fiers de ne produire aucune émission sur l’emplacement. »

D’autre part, il ne sera pas nécessaire d’abattre les murs intérieurs de l’immeuble pour l’agrandissement d’un ministère. « Nous avons ce qu’on appelle un système mural amovible. En fait, toutes ces composantes s’emboîtent l’une dans l’autre. Nous avons seulement à défaire les panneaux et à les remonter. »

Partager l’espace et la technologie

Un avantage clé pour les locataires, particulièrement les plus petites organisations, est l’abondance des espaces communs. « Nous avons des salles de conférence à l’usage de tous, dit Ron. Chaque ministère ne dispose donc pas de ses salles; tous peuvent profiter des salles de conférence. »

Cette entente donne également à tous les locataires l’accès à l’équipement de téléconférence - équipement indispensable onéreux pour les salles de conférence d’aujourd’hui. « Nous pouvons partager non seulement une partie des lieux, mais également la technologie. »

Démarches progressives

Ron est ingénieur civil de formation. Il souligne combien c’était excitant d’assumer le rôle de directeur d’un projet innovateur comme celui-ci.

« Essentiellement, tu coordonnes un énorme projet d’équipe avec ses diverses composantes. Mes tâches englobaient tout, de A à Z. »

Ron se sent privilégié d’avoir contribué à l’initiative à l’étape de l’élaboration. « Le succès de ce projet est à l’image des membres de l’équipe et de leur niveau de professionnalisme, déclare-t-il. Ce fût un vrai plaisir de collaborer avec tous ceux qui ont permis de concrétiser ce projet. »

Après avoir bien réfléchi au projet, il en arrive à la conclusion que la construction d’un immeuble d’une durabilité écologique réelle ne nécessite pas toujours l’élaboration d’un plan d’ensemble dès le début. « Ce qui compte, ce sont chacune des petites démarches progressives. »


  • Suivant : Dr. Ian Smith reconnaît qu'il est plus facile de réaliser des progrès technologiques en collaboration. Sous son leadership, l'Institut a établi des partenariats tant avec l'industrie qu'avec des centres hospitaliers et de recherche, et ce, partout au pays et à travers le monde.
  • Voir tous les profils